Le mensuel pratique et technique
du kinésithérapeute

Un autre monde...

Christophe Dauzac
Kinésithér Scient 2020,0619:01 - 05/04/2020

Tout a basculé. Ce coronavirus a eu raison de la bonne santé de nos pays développés, visiblement trop insolente, et aussi frappé les plus pauvres ; un virus galopant ne faisant pas de distinction et se propageant du fait des transports intercontinentaux vient de mettre à l’arrêt la planète. Le cours habituel de nos vies est bouleversé par une maladie hautement transmissible.

La guérison passant par l’inactivation du virus, nous n’avons actuellement à disposition que la prévention et le traitement symptomatique des formes graves. Les pouvoirs publics ont adopté la stratégie d’étaler les cas dans le temps et dans l’espace, pour soulager les structures sanitaires, notamment les services de réanimation.

Nous, professionnels de santé, menacés en première ligne, sommes tous entrés en lutte avec un maître mot : ralentir la progression de l’épidémie. C’est une contribution responsable pour diminuer la mortalité de ce Covid-19. Mais quel dilemme ! Il a fallu, dans un premier temps, pour respecter les recommandations, fermer nos cabinets et délaisser nos patients porteurs de maladies chroniques préexistantes ou âgés, qui sont plus susceptibles de développer des formes sévères de cette maladie à coronavirus. Privés de ressources, il va bien falloir s’adapter. Se déplacer « exclusivement » à domicile, assurer des gardes, rejoindre la réserve sanitaire et pour respecter le principe de réduction des risques : exercer à distance.

L’éthique du soignant n’a peut-être jamais été aussi déterminante : « Entre le devoir de soigner et celui de se protéger et de protéger les patients »(1).

Entre nos mains, la peur au ventre

Quels que soit les domaines d’intervention, les professionnels de santé libéraux doivent actuellement faire avec le rationnement lié à la pénurie de masques et d’autres moyens de protection ; le manque d’anticipation s’est d’autant plus fait ressentir que les stocks existants étaient insuffisants et éparpillés.

La crise actuelle conduit à penser que le pays doit mieux s’organiser pour lutter contre des phénomènes infectieux de grande ampleur. Les notions de principe de précaution, de plan de prévention et de lutte sont bouleversées.

En ce temps suspendu de distanciation sociale, rester un vecteur positif pour limiter les conséquences sanitaires de cette épidémie, c’est peut-être apercevoir le nouveau monde qui nous attend et qui sera forcément différent, en rupture avec celui où on prétendait transformer l'homme, l'augmenter... On vient d’apprendre que le plus important est de pouvoir porter des masques.


(1) Ordre des masseurs-kinésithérapeutes, 25 mars 2020.

© D.R.

Tous les articles
Nous vous suggérons aussi...

Actualité COVID-19

Rédaction de KS - 27 février 2020

En tant que professionnel de santé vous êtes susceptible de prendre en charge un cas suspect de COVID-19 et  donc de vous préparer à cette éventualité. L’appel au SAMU-Centre 15 devant tout cas...