Le mensuel pratique et technique
du kinésithérapeute

Etat des lieux des recommandations depuis 10 ans portant sur les lombalgies et lombo-radiculalgies chroniques (1ère partie)

Jacques Vaillant
Kinésithér Scient 2014,0558:47-48 - 10/10/2014

Nous poursuivons ce mois-ci la comparaison des différentes recommandations publiées sur la prise en charge des lombalgies et lombo-radiculalgies, en nous intéressant à leurs formes chroniques.

Au niveau du traitement médical, chirurgical et rééducatif, un certain nombre d’accords semble se dégager (tab. I).

Tableau I - Synthèse des recommandations

À partir d’une définition de la chronicité fondée sur la durée d’évolution (ou de persistance des symptômes), plusieurs recommandations, depuis celle réalisée sous l’égide de la Haute autorité de santé (HAS) en 2000, ont tenté de définir des lignes guides.

Imagerie

L’imagerie ne bénéficie pas de recommandations cohérentes entre les pays. Si celle produite en France en 2000 indiquait l’intérêt des radiographies standard et de l’IRM, aucune autre ne confirme cette nécessité.

Une seule propose proposent de réaliser une IRM à des fins de diagnostic différentiel, particulièrement en cas de drapeaux rouges, pouvant laisser entrevoir l’existence d’une lombalgie spécifique (inflammatoire, infectieuse, tumorale ou fracture).

Traitements médicamenteux

Trois recommandations se penchent sur le traitement antalgique. Pour celles-ci, la hiérarchie de traitements médicamenteux recommandable est le paracétamol, en première intention, les AINS en seconde, et enfin les opioïdes en cas d’échec des précédentes stratégies.

Les décontracturants musculaires sont indiqués dans les trois mêmes recommandations.

Les antidépresseurs sont également proposés deux fois.

Suivi

Le critère sur lequel doit se fonder le suivi de l’évolution du patient est l’état fonctionnel, mentionné dès 2000 en France, et à nouveau cité dans les deux dernières recommandations en date. Les questionnaires tels que le Oswestry disability index ou le Roland-Morris disability questionnaire sont particulièrement adaptés et bénéficient d’un grade A de recommandation.

Thérapies comportementales

Les thérapies comportementales sont recommandées par quatre des six recommandations existantes. Elles sont destinées à modifier le comportement des patients et utilisent des protocoles standardisés, ciblant les symptômes d’anxiété, de dépression et de kinésiophobie.

Acupuncture

L’usage de l’acupuncture est sujet à controverse. Une recommandation suggère un intérêt à son utilisation, deux mentionnent son inutilité.

Principes de traitement

Les principes les plus souvent mentionnés sont, comme pour la lombalgie aiguë, de maintenir au mieux les activités habituelles, de rester le plus actif possible, d’éviter le repos au lit, de lutter contre le catastrophisme et d’encourager l’autogestion (self management) par le patient.

BIBLIOGRAPHIE

[1] ANAES. Diagnostic, prise en charge et suivi des malades atteints de lombalgie chronique. Paris : ANAES, 2000.
[2] Dutch physiotherapy guidelines for low back pain. Physiotherapy 2003;89(2):82-96.
[3] European guidelines for the management of acute nonspecific low back pain in primary care. Eur Spine J 2006;15(Suppl. 2):S169-S191.
[4] Thorson DC, Bonsell J, Bonte B, Heinitz T, Mueller B, Haake B, Campbell R et al. [Institute for clinical systems improvement (ICSI)]. Adult low back pain. ICSI, november 2010.
[5] Guideline for the evidence-informed primary care management of low back pain. Toward optimized practice (TOP). Alberta (Canada), 2009.[6] Delitto A, George SZ, Dillen LV, Whitman JM, Sowa G, Shekelle P, Denninger TR, Godges JJ [Orthopaedic section of the American physical therapy association (APTA)] Low back pain clinical practice guidelines linked to the International classification of functioning, disability, and health from the Orthopaedic section of the American physical therapy association [with consumer summary]. J Orthop Sports Phys Ther 2012;42(4):A1-A57.

Tous les articles
Nous vous suggérons aussi...

ÉTIREMENTS DE LA PERSONNE PARÉTIQUE SPASTIQUE Mise en perspective des performances articulaires d'une personne hémiparétique avec les performances de jeunes étudiants en kinésithérapie

Francis Laurent, Christelle Miquel, Margaux Bellanger Kinésithér Scient 2021,0635:11-25 - 10/10/2021

Est-ce que la mobilisation passive et les postures passives sont des techniques adaptées pour lutter contre les rétractions des personnes parétiques spastiques ? Est-ce qu'il ne faudrait pas adopter des techniques de gains...