Le mensuel pratique et technique
du kinésithérapeute

Histoire naturelle de la gonarthrose

Yann Macé
Kinésithér Scient 2013,0547:51-55 - 10/10/2013

En France, la gonarthrose touche 10 millions de personnes. Les facteurs de risque de progression de la gonarthrose sont l'obésité, la désaxation du membre, une instabilité chronique du genou, la faiblesse du quadriceps et la présence d'une arthrose généralisée. L'évolution de la gonarthrose est difficile à prévoir. La prise en charge comprend l'association de traitements pharmacologiques et non pharmacologiques comme l'éducation du patient, des exercices réguliers, l'utilisation d'aides techniques et la réduction d'une surcharge pondérale. Le paracétamol est le traitement de première intention. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont utilisés en cas de non-réponse au paracétamol. Les anti-arthrosiques symptomatiques d'action lente sont proposés en cas de traitements insuffisants. Les injections intra-articulaires d'acide hyaluronique peuvent s'avérer utiles. En cas de poussée inflammatoire avec épanchement intra-articulaire, l'infiltration de corticoïdes locaux est indiquée.
Tous les articles
Nous vous suggérons aussi...

ÉTIREMENTS DE LA PERSONNE PARÉTIQUE SPASTIQUE Mise en perspective des performances articulaires d'une personne hémiparétique avec les performances de jeunes étudiants en kinésithérapie

Francis Laurent, Christelle Miquel, Margaux Bellanger Kinésithér Scient 2021,0635:11-25 - 10/10/2021

Est-ce que la mobilisation passive et les postures passives sont des techniques adaptées pour lutter contre les rétractions des personnes parétiques spastiques ? Est-ce qu'il ne faudrait pas adopter des techniques de gains...