Le mensuel pratique et technique
du kinésithérapeute

Rééducation après maladie de dupuytren opérée : gérer la « flare reaction »

Denis Gerlac, François Moutet, Alexandra Forli, Denis Corcella
Kinésithér Scient 2017,0592:05-11 - 10/11/2017

La « flare reaction », littéralement traduit par « réaction inflammatoire », correspond à la présence d'une inflammation ostensible perdurant au-delà du délai normal de 3 semaines post-chirurgicales après cure de Dupuytren. Cette « flare reaction », caractérisée par un œdème et un érythème, ressemble au Syndrome Douloureux Régional Complexe de type 1 (SDRC 1) , cependant, ces deux syndromes sont bien distincts. La « flare reaction » se différencie par la douleur qui n'est pas présente dans son cas. En revanche, comme le SDRC 1, elle est une source potentielle de raideur invalidante, il faut donc s'en méfier en rééducation.
Même si pour la plupart des patients opérés de la maladie de Dupuytren, le résultat final est excellent, il n'en demeure pas moins que la rééducation est parfois complexe. Notamment en présence d'une « flare reaction », ceci du fait essentiellement de l'œdème qui la caractérise, elle risque d'entraver considérablement le bon déroulement de la rééducation. La « flare reaction » est un piège à négocier pour le thérapeute car, à terme, elle risque de faire perdre au patient le bénéfice de l'intervention chirurgicale (gain en extension), voire générer un déficit de mobilité en flexion.
À partir d'une revue de la littérature ainsi que de notre expérience, nous proposons ici de voir les solutions rééducatives qui semblent les mieux appropriées pour la gestion de cette « flare reaction ».

DUPUYTREN'S CONTRACTURE REHABILITATION:
Manage the flare reaction
The flare reaction", literally translated as "inflammatory reaction", corresponds to the presence of ostensible inflammation that persists beyond the normal post-surgical period of 3 weeks after Dupuytren's treatment. This "flare reaction", characterized by edema and erythema, resembles complex regional pain syndrome Type 1 (CRPS 1), however, these two syndromes are quite distinct. The "flare reaction" is distinguished by the fact that pain is not present. On the other hand, like the CRPS 1, it is a potential source of disabling stiffness, so it is necessary to beware of it in rehabilitation.
Although most patients operated for Dupuytren's contracture have excellent results, rehabilitation is sometimes complex. Particularly in the presence of a flare reaction, this is mainly due to the edema which characterizes it, it may considerably hamper the smooth running of the rehabilitation. The "flare reaction" is an obstacle to negotiate for the therapist because ultimately the risk is to lose the benefits of the surgery (increase in extension) or even generate a defect of mobility in flexion.
Based on a review of the literature and our experience, we present some rehabilitation solutions that seem most appropriate for the management of this "flare reaction"."

Tous les articles
Nous vous suggérons aussi...