Le mensuel pratique et technique
du kinésithérapeute

Mon périnée doit-il faire du sport ?

Benoît Steenstrup
Kinésithér Scient 2015,0568:25-29 - 10/09/2015

L'activité physique intense est identifiée comme un facteur de risque de survenue de l'incontinence urinaire (IU) et/ou de prolapsus des organes pelviens (POP). Les disciplines avec port de charge ou travail intensif des abdominaux qui apparaissent comme les plus néfastes sont la course, le saut, le port de charge, et le travail des abdominaux. Cependant, l'association entre activité physique et sportive (APS), les POP et l'IU n'est pas clairement établie.
Les techniques rééducatives doivent apporter une efficacité gestuelle non compensatrice. C'est pourquoi les exercices de contrôle postural sensori-moteur trouveront une place complémentaire. Ces exercices sont comparables à de nombreuses situations retrouvées dans l'APS mais ils doivent être observés, analysés, corrigés, puis leur utilisation supervisée, par des professionnels formés et compétents en pelvi-périnéologie et en rééducation de l'activité physique.
L'objectif de l'article est de déterminer de manière plus précise le comportement que le/la patient(e) peut adopter vis-à-vis de l'activité physique et sportive (APS), et de proposer des conséquences pratiques pour les rééducateurs et les athlètes.

SHOULD MY PELVIC FLOOR DO SPORT?
Intense physical activity is identified as one of the risk factors for urinary incontinence and/or prolapse of pelvic organs. Sports such as running, jumping, carrying weight or intense abdominal work are the worst. However, the association between physical activity and sport, organ prolapse and urinary incontinence is not clearly established.
Rehabilitative techniques should provide movement efficacy and not compensations. This is why sensorimotor postural exercises are complementary. These exercises are similar to various sport and physical activity situations but they should be observed, analysed, corrected and their use supervised by trained and competent professionals in pelvic floor rehabilitation and physical activity.
The aim of this article is to determine with precision the behaviour a patient should adopt in terms of his physical activity/sport and to propose practical consequences for therapists and athletes.
Keywords: Physical activity - Urinary incontinence (UI) - Quality of life - Rehabilitation
Tous les articles
Nous vous suggérons aussi...

Prise en charge des conséquences fonctionnelles des cancers pelviens

Hélène Colangeli-Hagege, Max-Claude Cappelletti Kinésithér Scient 2019,0607:05-16 - 05/03/2019

Les cancers de la sphère pelvienne représentent un cancer sur 3. Ils concernent tous les organes pelviens de l'homme et de la femme. Les troubles fonctionnels consécutifs à la maladie et à ses traitements -...

Le point sur la gynécologie de la jeune femme

Myriam Mansour-Hugues Kinésithér Scient 2019,0607:29-34 - 05/03/2019

• Les troubles du cycle sont fréquents chez les adolescentes et l'impact sur la qualité de vie de la dysménorrhée est souvent sous-estimé. La dysménorrhée est le plus souvent primaire mais la...

LA MÉNOPAUSE : quel accompagnement par le kinésithérapeute ?

Ghislaine Philippe Kinésithér Scient 2019,0607:35-39 - 05/03/2019

Les femmes ménopausées d'aujourd'hui garde une vie active entre travail, enfants, petits-enfants et parents, parfois à charge. Nous pouvons grâce à notre accompagnement thérapeutique et préventif...