Le mensuel pratique et technique
du kinésithérapeute

Argumentation en faveur de la rééducation de l'orientation spatiale à l'aide d’un chien

Philippe Bonnet
Kinésithér Scient 2017,0584:27-32 - 10/02/2017

En utilisant les capacités d'Eliott, chien labrador initialement dressé comme chien-guide pour non-voyants, j'ai mis au point une forme de rééducation de kinésithérapie pour les patients accidentés vasculaires cérébraux. J'ai eu l'occasion de développer succinctement les étapes de cette thérapie dans Kinésithérapie Scientifique (n° 533, juin 2012). La présence du chien apporte un complément substantiel à cette prise en charge originale, et favorise ses bénéfices. J'ai ainsi bâti les séances autour de l'implication d'Eliott de ce qui n'est qu'une partie, néanmoins incontournable, de la rééducation complète réservée aux malades AVC.
Cette orientation spécifique du travail s'appuie donc sur les aptitudes propres à ce chien : sa docilité et son obéissance aux ordres, mais également la bienveillance qu'il manifeste auprès des patients, sa douceur, sa gentillesse. Tous ces critères positifs contribuent au bon déroulement des séances et à une meilleure adhésion par les patients.
Tous les articles
Nous vous suggérons aussi...

UN CAS À PART : la cervicalgie d'une chanteuse lyrique

Antoine Clouseau, Cyprien Guillot Kinésithér Scient 2020,0620:19-27 - 05/05/2020

La pratique quotidienne du masseur-kinésithérapeute est riche par sa diversité, notamment par la multitude de situations rencontrées obligeant le praticien à continuellement s'adapter. C'est ainsi que cet...