Le mensuel pratique et technique
du kinésithérapeute

Panta rhei : tout coule

Pierre-Henri Ganchou
Kinésithér Scient 2018,0603:01 - 10/11/2018

Celles et ceux qui, parmi les lecteurs, s’échinèrent à lire Homere et Tucidide dans le texte se rappellent de cette expression d’Heraclite, bien utile en grammaire : « Tout coule » signifie que rien n’est immuable, tout peut muter.

Ainsi, il en va de notre connaissance scientifique, elle est mouvante. Ce que nous tenions pour acquis hier, ne peut être rabâché sempiternellement sans s’assurer de sa pertinence.

Cette démarche de fonder notre pratique sur les faits nous amène à repousser les digues que nous édifions, conservant ainsi nos certitudes intellectuelles, professionnelles...

« Tout coule » implique aussi que les choses ont une source ; une origine qu’il est nécessaire de connaître pour comprendre « d’où on coule ». En sorte qu’une pratique fondée sur les faits sait d’où elle vient. Elle s’inscrit dans une histoire thérapeutique. Sa construction est empirique la plupart du temps, parfois même issue d’une idée farfelue, magique. Comme celle d’un presque philosophe danois, masseur pour dame niçoise, le Drainage Lymphatique Manuel.

« Tout coule » c’est aussi le chemin qu’une idée, un concept parcourt pour en faire une pratique démontrée. Les étapes sont nombreuses et la mer est encore loin ! L’évolution de l’imagerie a permis d’enlever les scories, de rendre la technique plus efficiente.

Mais ce qui fait le lit de la diffusion d’une technique ce sont ses utilisateurs, ses meilleurs défenseurs ! Ce sont eux qui l’enrichissent de leurs échecs thérapeutiques et de leurs réussites. Ce sont les kinésithérapeutes, organisés en réseau de soin comme l’AKTL qui sont les confluents, qui nourrissent le flux. « Tout coule » de par son flux, son énergie.

Enfin, « tout coule » vers un lointain, un futur. C’est là que le fleuve est fertile, dans son delta. L’innovation est le but ultime de la démarche d’amélioration des pratiques fondées sur les faits. Amélioration de la qualité des soins, de la meilleure efficacité pour nos patients au travers d’idées novatrices, inattendues. Ces nouvelles technologies qui n’ont pas à nous effrayer si nous savons leur donner des limites, des digues.

Tout peut couler, il faut juste parfois appliquer la bonne pression, la bonne déclive pour mettre un liquide en mouvement. N’est-ce pas le cœur de la kinésithérapie vasculaire ?

P.-Henri GANCHOU
Enseignant en pathologies vasculaires à l'ENKRE et au CEERRF

Tous les articles
Nous vous suggérons aussi...

À la frontière

Christophe Dauzac Kinésithér Scient 2019,0611:01 - 05/07/2019

La DREES prévoit que l'offre de médecine générale continue de baisser alors que le nombre de kinésithérapeutes, lui, va croître exponentiellement, tout comme le vieillissement de la population [1]....

Edito

Aude Quesnot Kinésithér Scient 2019,0610:01 - 05/06/2019

En 2019, 275 millions de personnes parlent le Français. La langue de Molière est actuellement la cinquième langue mondiale en nombre de locuteurs après le mandarin, l'anglais, l'espagnol et l'arabe. Elle reste la...